Les antennes relais

Principe de précaution :
la ville d’Hérouville réagit face au danger des ondes

Les élus hérouvillais ont travaillé sur le dossier depuis plusieurs mois avec les services.

Les conclusions du rapport BIO INITIATIVE réalisé par les scientifiques indépendants et publié en août 2007 ont vivement interpellé la municipalité

  • Ce rapport récapitulait 1500 travaux publiés sur une période de 10 ans.
  • Il prouve que les normes officielles ne protègent pas la population.

-  Jeudi 23 avril s’est tenue au ministère de la santé, le « grenelle des antennes relais » sur la nocivité des champs électromagnétiques émis par les antennes relais et les téléphones portables.

Plusieurs décisions de justice ordonnant le démontage d’antennes relais ont relancé le débat sur les dangers potentiels des ondes électromagnétiques utilisées pour la téléphonie mobile et les technologies sans fil (GSM, 3G, WiFi, ...).

Ainsi, au cours des dix dernières années, plusieurs centaines d’études internationales ont mis en évidence des risques pour la santé des utilisateurs de téléphones portables et des riverains d’antennes relais.

La synthèse de toutes ces études montre par exemple que l’utilisation à long terme des téléphones portables peut augmenter les risques de maladies.

De nombreux médecins et scientifiques ont manifesté publiquement leurs inquiétudes au regard des pathologies développées par certains patients riverains d’antennes relais et utilisateurs de téléphones portables et, en l’état actuel des connaissances, tous demandent l’application du principe de précaution vis-à-vis de ces technologies.

-  La Ville d’Hérouville Saint-Clair a décidé de mettre en place des actions concrètes :

  • Adhésion de la ville à deux associations « conseils » : Robin des Toits et la CRIIREM.
  • Mise en place d’une cartographie des antennes relais existantes sur la ville et réalisation des mesures de champs électromagnétiques par des experts indépendants.

Cet état des lieux permettra de définir une feuille de route et constituera, le cas échéant, une base de discussion avec les opérateurs de téléphonie mobile.

  • Déposer toutes les installations des téléphonies mobiles et de WI FI situées dans les établissements scolaires et leur proximité.
  • Réaliser les raccordements haut débit en connexion filaire ou fibre optique, seules technologies ne présentant aucun risque sanitaire.
  • Communiquer vers la population afin de renforcer l’utilisation des Kit mains libres filaires et de limiter l’utilisation des téléphones mobiles et sans fil pour les jeunes enfants et les adolescents.

Il ne s’agit pas de supprimer les antennes mais de réduire leur puissance.