Accueil > Culture / Animations > Culture > Actualités > Yilian Canizares y Ochomare

Yilian Canizares y Ochomare

La Saison Musicale d’Hérouville présente
dans le cadre "1mois de jazz en Basse-Normandie"

Yilian Canizares y Ochomare

Yilian CANIZARES, violon & voix
Jerry LEONIDE, piano
David BRITO, contrebasse
Cyril REGAMEY, percussions, batterie
1ère partie :
Samuelito, guitare

 VENDREDI 11 AVRIL 20h30
Comédie de Caen / théâtre d’Hérouville
12 et 15 € - ouverture des portes 20 h 15
Renseignements 02 50 50 98 51 / Réservations 02 31 46 27 29

 
Une charmante jeune fille, enfilée dans une robe de mousseline qui peut ajuster son archet en même temps qu’elle chante des hymnes ouest-africains. On croit que c’est la joliesse virtuose qui caractérise Ochumare. Et puis, en deux secondes fulgurantes, cette diva havanaise installée en Suisse, montre ses dents carnassières. Elle traverse d’un bond les mémoires de Chopin, celles de Chucho Valdés, le jazz de New-York, l’audace impérieuse des cérémonies de la santeria. Rien n’est joli dans cette musique : tout est urgent. Yilian Canizares est née il y a très peu de temps, à La Havane. Très vite, sur la peau des tambours, elle a appris les rythmes complexes, les espaces oniriques, une Afrique réécrite dans l’insularité glorieuse d’un pays qui importait aussi des professeurs russes. Yilian est le fruit de plusieurs histoires. Elle peut jouer sur un violon de précision les sonates mathématiques de Bach. Elle peut fabriquer des swings de La Nouvelle-Orléans. Elle peut aussi, et ce n’est pas peu de chose, réveiller les divinités yoruba.Elle passe par Caracas : orchestre, symphonies et apprentissage scrupuleux d’un instrument qui aime se rebeller. Débarquant enfin en Suisse pour y peaufiner ses arpèges, elle y fonde un quartet au nom de divinité yoruba : Ochumare. Depuis lors, ils cherchent à réactiver la puissance métissée du jazz latin, en mêlant tout ce qui, de près ou de loin, est passé par leurs mains.
En 1ère partie, Samuel Rouesnel “Samuelito” est l’un des plus jeunes guitaristes flamencos français. Il commence la guitare classique à l’âge de sept ans au Conservatoire de Caen. Il est très vite fasciné par la guitare espagnole et ses techniques, ce qui le mène à la musique flamenca qu’il découvre à travers le chant et la guitare. Dès ses neuf ans, il s’initie aux falsetas de Sabicas et des autres grands maîtres de la guitare flamenca, puis sa rencontre avec le guitariste Ramon Sanchez lui fait découvrir une forme de guitare flamenca moderne, à travers l’harmonie et les techniques de Paco de Lucía.
De nombreuses rencontres vont influencer son style et l’affirmer en tant que musicien : Roland Dyens, Gérard Abiton, puis José Manuel Leon, Eugenio Iglesias, Antonio Rey et bien d’autres encore.
En octobre 2013, il a été élu révélation de l’année par le magazine “Guitarist Acoustic”, ce qui lui a permis de se produire en première partie d’Al Di Meola au Festival de guitare d’Issoudun le mois suivant.

yiliancanizares.com
http://yal-prod.com/artistes/samuel/